Le virus Zika progresse aux Antilles

iLa Martinique a été placée, le 20 janvier, au niveau 3 du Psage (Programme de surveillance, d’alerte et de gestion des épidémies), c’est-à-dire au stade épidémique, alors que 1 255 personnes ont déclaré les symptômes du virus Zika transmis par le moustique-tigre – un constat établi à partir des consultations chez les « médecins sentinelles », une soixantaine de praticiens répartis dans l’île.

Selon l’Agence régionale de santé (ARS), 102 cas ont été confirmés. Le virus, contre lequel il n’existe aucun vaccin ni traitement, progresse à une vitesse fulgurante depuis la confirmation du premier cas en Martinique, le 18 décembre 2015. Le nombre de personnes qui ont contracté ou qui vont contracter la maladie risque d’être largement supérieur, car cette infection, entre autres particularités, est asymptomatique – elle ne se traduit par aucun symptôme dans la majorité des cas. Ainsi, 90 % des personnes qui vont être touchées par le virus ne s’en rendront pas compte et n’iront pas chez le médecin.

Cependant, les complications peuvent être très lourdes. Les malades gardent parfois des séquelles motrices ou sensitives. Dans de rares cas, ils peuvent développer le syndrome de Guillain-Barré, qui se caractérise par des paralysies importantes. La Martinique a enregistré son premier patient atteint par ce syndrome, un jeune homme de 19 ans dont l’état de santé est en cours d’amélioration après une quinzaine de jours à l’hôpital. Il a entrepris une rééducation.

Le moustique-tigre, responsable de l’épidémie du virus Zika, est traqué jusque sur les toits. Les brigades anti moustiques mènent des opérations pour éliminer les larves dans les eaux stagnantes. Il y a urgence alors que le seuil épidémique a été atteint en Martinique avec plus de 100 personnes infectées.

Inquiétude pour les femmes enceintes

Plusieurs cas ont été signalés en Guadeloupe et en Guyane. Sur ces territoires, une cellule se réunit désormais autour du préfet. Objectif : coordonner les actions de lutte contre cette maladie jusqu’ici inconnue dans ces régions françaises. Un virus qui peut entraîner des complications neurologiques. Les médecins sont particulièrement inquiets pour les femmes enceintes. S’il est transmis au foetus, il peut être à l’origine de malformations congénitales. Le virus qui continue sa progression. Si la métropole est pour le moment épargné, des cas de Zika ont déjà été répertoriés dans d’autres pays d’Europe.

Leave a Comment